Vous identifier ou vous inscrire

Communiqués

logo4 1

Vous êtes sur le site de l'amicale des anciens élèves, 

personnels amis et associations du Lycée Emile Duclaux d'Aurillac.
 

Pour voir l'ensemble des pages dans leur intégralité (hors compte-rendus des réunions de l'amicale) il faut être inscrit

Les amicalistes inscrits peuvent voir toutes les pages du site.
.

Ce site devrait être vu avec Google chrome ou Firefox.
Liens amis

Etablissement

Une naissance tumultueuse...

Extrait de l’ouvrage édité par l’association pour le centenaire du Lycée Emile Duclaux.

Préhistoire : le collège d’Aurillac.

En janvier 1548 dame Jeanne de La Trelhe (ou La Treilhe), veuve de Ferrand de Vileneuve, fit donation de la moitié de ses biens ”pour faire construire, édifier, fonder et doter un collège d’école et d’études en ladite ville d’Aurillac.” Les débuts rue de Lacoste furent pénibles – et en 1618, on résolut de confier ce collège aux jésuites de Toulouse qui ”s’obligèrent de fournir des régents et professeurs pour cinq classes, savoir de rhétorique, humanités et grammaire.” La ville s’obligea de fournir aux jésuites pour l’entretien 3000 livres et de donner une maison, les ameublements et une somme de 1500 livres pour la bibliothèque. Le transfert eut lieu rue Saint-Etienne (devenue rue du Collège) et l’établissement ouvrit en 1620.

Après l’épidémie de peste de 1628, le collège est florissant, avec plus de 400 élèves.

S’il est de la campagne et pauvre le collégien est logé par sa famille chez une veuve ou dans un ménage d’artisans, qui lui donne un lit et lui prépare ses aliments :

Lire la suite : Une naissance tumultueuse... 

Programme d'ensemble de rénovation du Lycée. (Par Arnaud & Jean ESTIVAL, architectes) (2)

IMG 6874 1

   Architecture

    Historique – Les idées de la conception

                    Celles de la rénovation

    Contexte historique

    Programme d'ensemble de rénovation

    Mise en valeur du patrimoine architectural

    Apport de nouvelles fonctionnalités – Mise en sécurité et accessibilité

    Confort, intégration d'un nouveau mode de chauffage 
    Réalisation des travaux en site occupé par phases successives

    Planches graphiques

    Plans – Façades – Organisation intérieure et phasage

    Photos Christophe Camus.

Lire la suite : Programme d'ensemble de rénovation du Lycée. (Par Arnaud & Jean ESTIVAL, architectes) (2)

Fêtes du centenaire. (A. Rouquet amicaliste)

rouquet

Dernier des 4 articles publiés par A. Rouquet.

En 1981, l’Association pour le Centenaire, créée à cet effet, organisa les fêtes du dit Centenaire du Lycée ; elles durèrent toute une semaine et permirent de vérifier la bonne santé du lycée. Elles furent aussi l’occasion de retrouvailles parfois émouvantes entre les anciens venus par centaines assister au match de rugby qui opposait les Francs joueurs au passé glorieux à l’équipe du lycée de Rodez ; aux conférences (sur le racisme notamment), aux concerts (la Chorale du Millénaire) etc... Une inauguration cérémonieuse avait ouvert cette semaine.

Lire la suite : Fêtes du centenaire. (A. Rouquet amicaliste)

Origines : un peu d'histoire par A.Rouquet (amicaliste) (2)

rouquet

Lorsqu’en 1889 le projet de construction du Lycée à Aurillac vit enfin le jour, la France vivait une série de troubles et blessures : perte de l’Alsace Lorraine, vote des lois fondamentales et des libertés publiques, démission des ministres, affaire Boulanger, construction du canal de Panama, attentats anarchistes, agitation nationaliste et antisémite…

De ces batailles émergeait la volonté républicaine résolument anticléricale qui devait se conclure dans sa phase aigüe, en 1905, par la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Nous étions en pleine 3ème République qui voulait épouser le combat de l’émancipation de l’homme pour devenir le maître de son destin, dominer la nature, se libérer de toutes les servitudes, de tous les tabous et de toutes les peurs.

Lire la suite : Origines : un peu d'histoire par A.Rouquet (amicaliste) (2)

Choix du terrain et construction à la fin du XIXe siècle.

Un article de Jean-Claude CHAMPEIL publié sur Cantalpassion en 2010

lycee e duclaux2 Après un premier refus en 1878, les élus aurillacois obtiennent l’accord du ministère de l’Instruction Publique pour la construction d’un lycée. Reste à choisir son emplacement. Après bien des hésitations, l’enclos Falvelly est rejeté « parce qu’il placerait le lycée sous les vents du sud de l’hospice en cas d’épidémie ». Le cours d’Angoulême et le pré Monjou ne conviennent pas en raison du voisinage de l’usine à gaz ou de  « la mauvaise réputation ». Le 15 décembre 1882 le terrain du Barra est choisi par le ministère, malgré les réserves de l’architecte Gustave Lisch. C’est lui qui, ayant dirigé la reconstruction du château Saint Etienne, a été désigné pour le lycée. La première pierre est posée par Pasteur et le général Boulanger le 24 juin 1883. Très vite l’instabilité du terrain apparaît. Il faut indemniser les entrepreneurs. Le 17 juin 1887, le conseil municipal approuve les plans de Lisch. Le lycée sera construit enclos Falvelly pour 1 709 371 francs, malgré l’opposition de M. de Falvelly, avocat. Il avait fait planter là 600 arbres fruitiers, ainsi que 55 carreaux de potager avec 8 sources et bassins aménagés. Il recevra 89 400 francs pour l’expropriation.

Lire la suite : Choix du terrain et construction à la fin du XIXe siècle.